Aller au contenu principal

Quel environnement dans l’assiette ? Les nouvelles formes de l’(in)sécurité alimentaire

Photo de la cour intérieure de la Vieille Charité
crédits : Image : © DR

Tables rondes

Intervenants

Modérateur

Description

Élément ingéré et nécessaire à notre survie, la nourriture est un objet controversé, à la fois politique et économique et reliant divers plans de la vie sociale. À l’échelle des individus et des groupes sociaux, les choix et les pratiques alimentaires délimitent des frontières, constituent une sphère intime et de partage, mais aussi d'exclusion. À l’échelle globale, elles contribuent à la question de l'insécurité alimentaire mondiale dans un contexte de population humaine en croissance : d’une part, la sous-alimentation calorique, qui concerne 800 millions de personnes n'ayant pas accès à une alimentation suffisante ; et d’autre part, une alimentation déséquilibrée (excès de calories et/ou la malnutrition par carences minérales et vitaminiques), qui touche environ 2 milliards d'habitants de la planète menacés par le surpoids, l'obésité et des pathologies chroniques.

La croissance démographique interpelle de plus en plus les spécialistes sur les questions d'accès à l'alimentation, de lutte contre les pertes au champ, dans les transports et le stockage dans les pays en développement ; les gaspillages dans les autres. Les spécialistes s’opposent sur la nécessité d'augmenter les surfaces cultivées, au détriment des pâturages et des forêts, ou de réduire la part calorique, carnée des régimes alimentaires, ou encore d’inventer des modèles agricoles associant production de biens alimentaires - ou non - et préservation des fonctionnalités des écosystèmes. La production et la distribution des denrées alimentaires sont réglementées par des acteurs et des institutions qui se situent à des échelles différentes. Si souvent ces acteurs apparaissent comme très éloignés les uns des autres, des connexions importantes les relient. La problématique des pesticides et des risques qu’ils présentent, par exemple, ne s’arrête pas aux frontières de l’Occident : ces innovations technologiques, en provenance de l’Europe, ont transformé les modes de production agricole et alimentaire à travers le monde. Les relations aux modes de production et leurs effets sur l’environnement (énergie, biodiversité, usages et qualité des eaux, etc.), mais aussi avec les animaux (conditions d’élevage et d’abattage, bien-être animal, rapport entre humains et animaux), sont de plus en plus au centre de l’attention. Des pratiques de consommation et de production ‘alternatives’ se détachant de l’agro-industrie et des expérimentations diverses, dans les champs et dans les assiettes, émergent (écologisation de l’agriculture, circuits courts...).

Cette table ronde abordera la nourriture à partir de regards disciplinaires différents (anthropologie, géographie-urbanisme, écologie, nutrition) pour se pencher dans les enjeux contemporains qui s’agrègent autour de l’alimentation. Après un cadrage général, par des cas divers – des pesticides dans la production alimentaire au Cambodge, jusqu’aux jardins urbains à Marseille – et par leurs connexions, il s’agira d’explorer les liens entre alimentation, environnement, santé à l’échelle des individus et de leurs pratiques et comment l’alimentation devient un outil de changement des rapports à la ‘nature’.

À lire :