Aller au contenu principal

Jardins du souvenir des génocides. Quand la nature fait récit

Allez-savoir_2019_Evenements
crédits : Image : © DR

Ateliers

Description

La nature végétale et l’architecture paysagère ont partie liée avec la représentation du passé, l’expression de la mémoire et la transmission de l’histoire, y compris les plus tragiques et les plus insondables, à l’image du « Jardin de la mémoire » de Kigali (Rwanda) conçu par le peintre anglais Bruce Clarke et inauguré en avril de cette année pour la 25e commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda. Soucieux d’impliquer les élèves dans la compréhension de toutes les formes de l’histoire afin de mieux la comprendre, des professeurs de Marseille et de l’académie réfléchissent en équipe, au sein de leur établissement, aux jardins du souvenir sur les génocides, à ceux qui existent aujourd’hui dans le monde comme ceux qui pourraient être imaginés au plus proche de la vie présente. Plusieurs de ces professeurs sont réunis pour un échange libre et constructif, montrant que la nature est source de récit, de recueillement et d’engagement.

Atelier du Festival à 14h, sur le site de l’EHESS à la Vieille Charité, réunissant professeurs de la voie générale et professionnelle de différentes disciplines et chefs d’établissement de Marseille pour un échange libre et constructif entre eux et avec le public, montrant que la nature est source de récit, de recueillement et d’engagement.

Cet atelier, ouvert à tout public et particulièrement aux acteurs de la vie enseignante et scolaire, sera animé par Vincent Duclert, président de la Mission d’étude en France sur la recherche et l’enseignement des génocides et des crimes de masse (2016-2018) et inspecteur général de l’éducation nationale, avec Nathalie Topalian, inspectrice de l’éducation nationale et Gerald Attali, inspecteur d’académie-inspecteur pédagogique régional.

Cet atelier abordera des projets concrets conduits dans cinq établissements de Marseille (les lycées de Marseilleveyre et Simone Veil, le lycée professionnel agricole des Calanques, le lycée professionnel Poinsi-Chapuis, et le collège Olympe de Gouges) et explorera les possibilités offertes en la matière par le nouveau programme d’Enseignement moral et civique, en particulier avec le « projet de l’année » qu’il propose.

 

Participants :

Les professeurs Margarita Azaulay (Histoire-géographie), Caroline Bon (Histoire-géographie), Florence Salat (Histoire-géographie) et Daniel Micolon (Histoire-géographie) du lycée de Marseilleveyre, avec Claire Gérardin-Moriconi, proviseure du lycée, la proviseure du lycée Poinso-Chapuis et le proviseur du lycée agricole des Calanques.

Et les professeurs Astrid Artin-Loussikian et Cathia Nicod (Histoire-géographie) du collège Olympe de Gouges, avec Ariele Cohen, principale du collège, et Gilles Fernandez, proviseur du lycée Simone Veil associé.

 

Première partie : Les ressources des programmes. L’Enseignement moral et civique et le « projet de l’année »

Deuxième partie : Les ressources des établissements et des communautés éducatives

 

Une rencontre animée par Vincent Duclert, chercheur à l’EHESS, inspecteur général.