Aller au contenu principal
Portrait de Gilles Clément

Gilles Clément

Dès le début des années 70 Gilles Clément conçoit et réalise des jardins pour une clientèle privée en France et à l’étranger. En 1977 il cesse cette activité pour se consacrer à « l’espace public » et fonde l’Atelier Acanthe en 1985. Il s’installe de façon indépendante en tant qu’artiste en 2000 et organise ses prestations en co-traitance avec les ateliers de paysage, en particulier Coloco à Paris .

Le concept de Jardin en Mouvement, né d’une expérimentation dans son propre jardin dans la Creuse trouve une application en espace public pour la première fois dans le Parc André Citroën dès 1986. L’ouvrage portant le même nom paraît en 1991. De nombreux ouvrages suivront (plus d’une vingtaine), certains abordant d’autres concepts importants : Le Jardin planétaire (exposition à la Villette en 1999/2000), Le Tiers-Paysage (2003), traduit en plusieurs langues.

L'exposition itinérante « Toujours la vie invente », crée en 2013 à Saint-Benoît du Sault, installée au Centre Culturel de rencontre de Noirlac (2014) puis à l'école d'architecture Paris Val de Seine (2015), à la biennale d'art contemporain de Melle (2015), au centre d'art de Meyrin à Genève (2016), au parc de Trévarez en Bretagne (2017), a été présentée à Lausanne en 2019.

Plusieurs prix consacrent son œuvre dont le « Grand prix du paysage » en 1998.

Le Parc André Citroën (en co-conception), le Domaine du Rayol dans le Var, les Jardins de l’Arche à Nanterre, les Jardin de Valloires dans la Somme, le parc Matisse à Lille, le jardin du musée du Quai Branly à Paris, le toit de la Base sous-marine de Saint Nazaire (Jardin du Tiers-paysage) font partie des projets les plus connus du public.

Enseignant à l’École Nationale Supérieure de Versailles de 1980 à 2012 il assure, en 2011/12, des cours au Collège de France dans le cadre de la chaire de création artistique et poursuit une activité d'enseignant vacataire sous forme d'ateliers en Italie, Espagne et France .

Ses événements